Les franchises MLS

Les différents clubs de MLS sont répartis de manière inégale entre la Conférence Ouest et la Conférence Est : 12 à l’Ouest contre 11 à l’Est. Depuis quelques années maintenant, un paradoxe est à soulever en Major League Soccer. Les franchises qui semblent les mieux munies en termes de talents se trouvent à l’Ouest – Toronto FC, New York City FC, New York Red Bulls – mais ce sont bel et bien celles provenant de l’autre côté de la Ligue qui brillent au niveau des résultats. Il n’y a d’ailleurs qu’à regarder les derniers champions MLS, depuis 9 ans seule une franchise titrée sur l’ensemble vient de  l’Est, à savoir le Toronto FC lors de l’exercice 2017. Une hégémonie qui interpelle, et qui ne devrait pas tarder à éclater au vu des investissements concédés à l’Ouest.

Les MLS Teams de Conférence Ouest

LA Galaxy

Los Angeles Galaxy

Los Angeles GalaxySans doute l’une des franchises les plus connues de la MLS, et cela se comprend. Titrée à 5 reprises et 9 fois finaliste de la Major League Soccer au total, la formation de Californie a vu passer dans ses rangs un certain Landon Donovan, meilleur joueur de l’histoire de la compétition, et la superstar David Beckham, première grande personnalité venue de l’étranger à s’imposer outre-Atlantique.  Triste dernière de conférence l’an dernier, elle tentera de retrouver de sa superbe en 2018, avec on l’espère un Romain Alessandrini toujours plus performant. La franchise loge au Stubhub Center, quatrième plus grande enceinte de l’Association MLS avec 30510 places.

 

Seattle Sounders

Sounders de SeattleLe finaliste malheureux en titre. Défait par le Toronto FC en finale de MLS la saison passée (2-0), le club de l’Etat de Washington a remporté son premier titre en 2016 après de longues années d’attente et de sacrifices, pour le plus grand bonheur de ses nombreux supporteurs. Avec son stade de 67.000 places – le CenturyLink Field qui accueille également des rencontres de football américain – le groupe entraîné par Brian Schmetzer compte lors de chaque rencontre sur un public en nombre et assez chaud, 43.000 personnes en moyenne. Fredrik Ljunberg et Obafémi Martins sont passés par là, Clint Dempsey et Nicolás Lodeiro sont les têtes d’affiches actuelles.

 

Portland Timbers

Timbers de PortlandSacrés champions en 2015, les Portland Timbers constituent de l’avis de tous l’une des franchises les plus atypiques de MLS. A chaque but de leur équipe, les supporteurs du club scient une bûche de bois, symbole à part entière de l’institution. La faible capacité du stade – le Providence Park ne possède qu’une capacité de 21.000 places – en fait l’un des plus bouillants et bruyants de toute la Conférence. Peu de joueurs connus en Europe ont porté le maillot vert, si ce n’est Diego Valeri (ex-Porto), la franchise se basant surtout sur des hommes capables de jouer ensemble, à l’image des Blanco, Guzmán et Powell l’an dernier saison.Demi-finaliste de conférence la saison passée.

 

Colorado Rapids

Rapids du ColoradoEmmenés par la légende Tim Howard dans les buts, les Colorado Rapids forment également l’une des belles équipes de MLS, et ont été sacrés champions en 2010. Ayant vu par le passé des hommes tels que Aitor Karanka, Carlos Valderrama ou Kyle Beckerman  porter son maillot, la franchise basée à Denver est l’une des plus suivies dans le centre des Etats-Unis et évolue dans une enceinte de près de 20.000 places, soit la moyenne du championnat. Comptant notamment sur Gashi  sur le front de l’attaque, l’équipe désormais entraînée par Anthony Hudson vise mieux qu’en 2017, exercice compliqué conclu en avant-dernière position.

 

Erick Torres Houston Dynamo

Houston Dynamo

Dynamo de HoustonAvec Erick Torres pour mener le front de son attaque, le Dynamo Houston a réalisé une grande saison en 2017, auréolée d’une finale de Conférence face aux Sounders. Titré à deux reprises dans le passé (2006 et 2007), le groupe venu du Texas galère un peu depuis qu’il a rejoint l’Ouest en 2015, et compte beaucoup sur cette édition 2018 pour confirmer son retour au sommet. Basée sur une attaque talentueuse dont le meilleur symbole restent Manotas et Torres, la formation entraînée par Wilmer Cabrera propose souvent du spectacle dans son BBVA Compass Stadium et reste à surveiller de près.

 

FC Dallas

Dallas FC MLSRival territorial du Dynamo, le FC Dallas fait un peu office de petit poucet dans la Conférence Ouest. Jamais champion, le club basé dans le nord du Texas n’a connu qu’une seule et unique finale MLS (2010) pour un seul titre de champion de Conférence la même année. Un palmarès loin d’être étoffé, surtout quand on sait que les Toros font partie des des clubs fondateurs de la Major League Soccer. Pensionnaire du Toyota Stadium (20.500 places), l’équipe actuellement entraînée par Oscar Pareja a vu passer des talents comme la légende mexicaine Hugo Sánchez et le Brésilien Denílson, mais se repose essentiellement sur joueurs moyens aujourd’hui, en comparaison à d’autres franchises. Le Belge Roland Lamah (ex-Le Mans) reste le plus connu en Europe.

 

Minnesota United

MUFC MLSC’est l’une des plus récentes franchises de la Conférence. Membre de la NASL – deuxième plus important championnat de soccer aux USA – depuis 2011, la franchise venue du Minnesota a vu sa participation à la MLS validée par le board depuis 2017, faisant d’elle la onzième franchise de l’Association. Deux fois quatrième de saison régulière en NASL et une fois première durant cette période, elle se basera cette saison encore sur des habitués de la MLS (Cronin, Venegas, Burch, Taylor…), des historiques du club (Ramírez, Davis, Kallman) et des talents venus d’Amérique du Sud et d’Europe. Neuvième en 2017 pour son premier exercice.

Sporting KC

Sporting Kansas City MLSLe Sporting Kansas City est l’un des clubs historiques de la Major League Soccer, présent dès la création de la ligue en 1996. Deux fois championne, dont la dernière en 2013, la franchise venue du Missouri n’est pas forcément la plus munie au niveau des infrastructures (stade de 18.500 places) mais se prépare à accueillir un centre d’entraînement flambant neuf.  Éliminée au premier tour des Playoffs par Houston en 2017, elle comptera sur un groupe assez jeune pour progresser et sur l’international américain Graham Zusi pour apporter son expérience. Pas de trop au vu des forces en présence dans la Conférence. Niveau anciennes gloires, Claudio López a porté les couleurs du club, tout comme les Français Aurélien Collin (Sedan, Amiens)  et Stéphane Auvray (Caen, Vannes, Nîmes).

 

Freddy Montero Whitecaps

Vancouver Whitecaps

Vancouver Whitecaps

La franchise des Vancouver Whitecaps est l’une des trois venant du Canada, la seule de la Conférence Ouest. Présente en MLS depuis l’an 2011, l’équipe n’a jamais participé à la moindre finale de championnat et compte comme meilleure performance ses demi-finales de Conférence en 2015 et 2017. Outre cela, deux premiers tours de Playoffs en 2014 et 2012 et puis c’est tout. Résident du magnifique BC Place Stadium (59.800 places), le club qui compte cette saison dans ses rangs Fredy Montero (ex-Sporting Lisbonne), Break Shea et David Ousted, voudra poursuivre sur sa lancée de l’an dernier afin de réduire l’écart qui semble se creuser avec Toronto. Pour l’anecdote, outre les Britanniques Kenny Miller et Nigel Reo-Cocker, les Whitecaps ont vu passer les Français Hassli, Le Toux, et Akloul dans leurs rangs.

 

San Jose Earthquakes

San José Quakes MLSSacrée championne de MLS en 2001 et 2003, la franchise des Earthquakes est elle aussi une historique du championnat américain de football puisqu’elle a tout simplement disputé la première rencontre de l’histoire de la compétition, remportée pour l’anecdote face au DC United. Désormais entraînée par la Suédois Mikael Stahre, elle sort d’une saison honorable en 2017 – 1er tour des Playoffs – et voudra faire aussi bien en 2018. Pour ce faire, elle comptera notamment sur son attaquant de toujours, Chris Wondolowski, meilleur buteur de l’histoire de la franchise et international américain à 35 reprises, ainsi que sur son Avaya Stadium acquis à sa cause lors de chaque rencontre. Pour information, Landon Donovan y est passé tout comme la légende anglaise George Best.

 

Real Salt Lake

Real Salt Lake CityCouronné en 2009 et finaliste en 2013, le Real Salt Lake a connu son age d’or à l’entrée des années 2010 en Major League Soccer. Inaugurée en 2004 et participante à sa première MLS en 2005, la franchise basée dans l’Utah a depuis accusé le coup – 9e en 2015, 1er tour des Playoffs en 2016, 8e en 2017 – et cherchera a relever la tête cette saison. Elle s’appuiera notamment sur un mélange de talents locaux – Beckerman par exemple – et internationaux (Movsisyan, Sunday), ainsi que sur son jeune coach Mike Petke, passé par les NYRB. Côté histoire, on retiendra surtout les passages de Robbie Findley, Alvaro Saborio et du Français David Viana.

 

Los Angeles FC

LAFC MLSToute nouvelle franchise du championnat, le Los Angeles FC va disputer sa première saison de Major League Soccer entre mars et décembre 2018. L’occasion de se jauger par rapport aux autres équipes de la MLS bien sûr, mais aussi de marquer les esprits d’entrée comme l’a fait Atlanta l’an dernier. Pour ce faire, l’équipe comptera sur son entraîneur chevronné Bob Bradley mais aussi des joueurs de qualité à l’image de Carlos Vela et Laurent Ciman. Déjà pas mal sur le papier.

 

 

Les MLS Teams de Conférence Est

Nemanja Nikolic MLS

Chicago Fire

Chicago Fire
Champion en 1998 et deux fois finaliste MLS, le Chicago Fire est l’un des clubs les plus connus aux Etats-Unis, de par son investissement auprès des jeunes footballeurs, et de ses innovations sur les plans marketing et médiatique. Pensionnaire du Toyota Stadium – qui peut accueillir 20.000 personnes – la franchise basée dans l’Illinois reste sur un exercice honorable en 2017, troisième de conférence en saison régulière et éliminé au premier tour des Playoffs. Cette saison l’objectif sera donc simple, confirmer la montée en puissance avec une nouvelle place en PO en fin de saison.

New York City FC

New York City FCLa franchise du New York City FC est l’une des plus récentes de la Major League Soccer puisqu’elle n’a obtenu son statut professionnel qu’en 2015 après avoir été fondée en 2013. Faisant partie du même groupe propriétaire de Manchester City en Angleterre et du  Melbourne City en Australie, elle dispose de moyens financiers assez importants et possède en ses rangs d’anciennes gloires du football européen. David Villa,  Maxi Moralez font par exemple partie de l’aventure sous l’impulsion du coach français Patrick Vieira. Battue en demi-finale de conférence après avoir terminé deuxième de saison régulière l’an dernier, la franchise aux couleurs bleue ciel et blanche visera au moins aussi bien cette saison.

 

New York Red Bulls

Red Bulls de New YorkClub historique de la MLS, le NY Red Bulls est une franchise basée dans le grand New York et qui évolue dans une enceinte neuve, la Red Bull Arena (25.000 places). Propriété de la marque qui lui adosse son nom, elle n’a jamais été sacrée championne de MLS mais a connu une finale en 2008. Munie de joueurs de qualité comme Bradley Wright-Phillips,  Felipe Martins et le Français Collin, elle a également vu dans son histoire passer des hommes tels que Lothar Mattäus, Youri Djorkaeff, Jozy Altidore, Tim Howard, Rafa Marquez, Juninho Pernambucano, Tim Cahill et bien entendu Thierry Henry. Éliminée comme sa voisine en demi-finale de conférence l’an dernier, elle tentera de résister à la montée du niveau à l’Est pour maintenir sa place dans les hautes sphères du soccer américain.

 

Toronto FC

Toronto FC MLSBasée dans l’Ontario (Canada), l’équipe du Toronto FC est l’une des deux franchises canadiennes présentes dans la conférence Est de MLS. Championne de Major League Soccer en titre, elle avait connu sa première finale de Major League Soccer en 2016, avant de glaner enfin le titre l’an dernier. Fondée en 2005 et membre du championnat l’année suivante, elle a d’abord galéré pour devenir aujourd’hui l’une des formations les plus sérieuses à travers toute la compétition. Elle a vu de nombreuses personnalités porter son blason, de Jermaine Defoe à Julio Cesar en passant par Torsten Frings et Danny Koevermans, et possède désormais dans ses rangs Giovinco, Altidore, Bradley, ou encore Ricketts. Cette saison, elle visera ni plus ni moins que son deuxième titre de champion de Major League Soccer.

 

DC United Washington MLS

DC United

DC UnitedLe DC United est la franchise de la capitale américaine. Basée à Washington et fondée en 1995, elle est la première a avoir décroché le titre en Major League Soccer et celle qui domine la conférence en la matière (4 titres, en 1996, 1997, 1999 et 2004). Moins performante depuis l’entrée dans le vingt-et-unième siècle, elle n’a su faire mieux qu’une demi-finale de conférence depuis 2013 et a échoué lors du premier tour des Playoffs en 2016, avant de terminer lamentable lanterne rouge de saison régulière en 2017. Pour l’anecdote, elle joue dans le cinquième plus grand stade du championnat – RFK Stadium, 56.700 places – et Freddy Adu, Andy Najar ou encore le Bulgare Stoichkov ont déjà porté ses couleurs.

 

New England Revolution

Nouvelle Angleterre MLSLa franchise de la loose. Cinq fois finaliste de la Major League Soccer, l’équipe de la Nouvelle Angleterre n’est jamais parvenue à se voir sacrée championne, et ce malgré des performances tout à fait honorables. Vaincue trois fois en prolongations et une fois aux tirs-au-but, elle n’est jamais passé loin du sacre, sans toutefois l’obtenir. Souvent bien placée en saison régulière, elle possède encore et toujours de nombreuses difficultés dans les rencontres à fort enjeu, et a même échoué dans sa quête d’une qualification en Playoffs l’an passé (7e). L’objectif sera clair cette saison : prolonger le plaisir après la saison régulière. Pour ce faire, elle comptera sur l’arrivé de Brad Friedel sur son banc. Côté histoire, Walter Zenga et Clint Dempsey sont notamment passés par là.

 

Orlando City

Orlando CSCOrlando City Soccer Club, de son nom complet, est lui aussi un petit nouveau sur la scène du soccer américain. Arrivée en MLS en 2015, comme le NYCFC, la franchise basée en Floride a été fondée en 2010 et a longtemps participé à la United Soccer League, considérée comme la troisième division outre-Atlantique. Son histoire n’est donc pas très fournie, même si elle comporte tout de même deux titres de champions USL, et reste à écrire dans les années à venir. Huitième en 2016 et onzième l’an dernier,  l’équipe entraînée par Jason Kreis tentera d’obtenir enfin son billet en 2018 et comptera pour cela sur l’enfant de la maison Dom Dwyer et le jeune talent canadien Cyle Larin. Les Playoffs sont en ligne de mire, à eux de les atteindre.

 

Atlanta United

Atlanta United MLSComme Minnesota à l’Ouest, Atlanta United est une tout nouvelle franchise en Major League Soccer puisqu’elle a participé à sa première édition l’an dernier. Et de quelle manière ! Avec une formidable réussite sur le plan offensif et une place pour les premier tour des Playoffs, l’équipe de Tata Martino en a impressionné plus d’un en 2017. Basée dans la ville d’Atlanta en Géorgie, elle est considérée comme le rival territorial d’Orlando et tentera de confirmer ses belles performances en 2018.

 

Montréal Impact players

Impact Montréal

Impact de Montréal 2018Deuxième club canadien de la conférence, le Montreal Impact n’est pas un tout jeune puisqu’il a été fondé en 1992, mais n’est finalement qu’un novice en matière de Major League Soccer, puisqu’il ne fait partie du championnat que depuis 2012. Dix années sans MLS au cours desquelles il a notamment brillé sur la scène canadienne et durant lesquelles il s’est forgé une certaine expérience du haut niveau. Neuvième de la conférence l’an dernier, il visera les Playoffs en fin de saison afin de ne pas voir le fossé avec Toronto et les Whitecaps se creuser en terres canadiennes. Ses joueurs majeurs sont Ignacio Piatti, Dzemaili, ou encore l’Italien Donadel, et les légendes Nesta, Di Vaio et Drogba ont porté ses couleurs. Pour l’anecdote, l’actuel consultant de beIN Sports Patrice Ferri a lui aussi fait un passage par le club entre 1993 et 1995.

 

Philadelphia Union

Union de PhiladelphieAvec une seule participation en Playoffs sur les cinq dernières saisons, inutile de dire que la franchise basée à Philadelphie ne figure pas parmi les favoris cette saison encore. Jamais en finale de toute son histoire et encore moins titrée, la formation membre de la MLS depuis 2010 n’a jamais su faire mieux qu’une demi-finale de conférence (2011) et reste sur une anecdotique huitième place en 2017. Avec des joueurs comme Charlie Davies (ex-Sochaux), Alejandro Bedoya (ex-Nantes) et Ilsinho (ex-Shakthar) elle peut espérer faire mieux en 2018, à condition de se montrer plus régulière dans les performances à domicile. En ce qui concerne les personnalités, Barnetta, M’Bolhi, Adu et Mondragón ont par exemple tenté leur chance au sein de la franchise, avec plus ou moins de succès.

 

Columbus Crew

Columbus Crew 2018Championne de Major League Soccer en 2008 et finaliste en 2015, l’équipe du Columbus Crew n’est peut-être pas la plus connue des formations d’outre-Atlantique mais elle a au moins le mérite d’avoir un passé sportif intéressant aux USA. Membre des clubs historiques du championnat, elle a pris part à la première édition en 1996 et a su au fil des années s’imposer comme une valeur sûre de la conférence. Troisième en 2014, deuxième en 2015, et finaliste de conférence en 2017, elle a su relever la tête après un championnat 2016 compliqué. Mohammed Abu, Kekuta Manneh, Federico Higuaín et Jonathan Mensah (ex-Evian) tenteront d’apporter leur pierre à l’édifice et d’imiter Chad Marshall, Brian McBride et Robert Warzycha, véritables légendes du club.